Font Size

Cpanel
Vous êtes ici : Accueil Récits

Pierra Menta à Arêches-Beaufort.

Pierra MentaDeux militaires du centre d’entrainement de commandos de Marches Les Dames ont participé à la Pierra Menta. Probablement la course de ski alpinisme la plus dure et la plus relevée au monde. Mathieu Gerlache et Fabrice Etienne, deux sportifs très complets (jogging, trail, triathlon, raid, ski, alpinisme..) ont eut la chance de pouvoir relever ce défi très difficile.

Lire la suite...

championnat de Belgique de ski-alpinisme, Chamonix 31 mars.

profil cols et cimes hautsNous sommes trois coureurs du DSA, Julie, Matt et moi, inscrits pour cette course mal connue au parcours aguicheur dans le cadre magnifique des aiguilles rouges près de Chamonix.
Cette année, cette course prend une teinte exotique car elle est support de 3 championnats nationaux; en effet, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne et la Belgique y décerneront leur titre de champion national de ski-alpinisme, la classe!!

Lire la suite...

S’orienter avec le relief, quelle drôle d’idée !

Il existe actuellement toute une panoplie d’instruments plus perfectionnés les uns que les autres du genre GPS et où il suffit de faire « POWER » (et la force est en toi !!) pour s’orienter.

Malheureusement, si vous perdez votre GPS au fond d’un ravin, il y a fort peu de chance que vous le retrouviez en état de fonctionnement lorsque vous l’aurez récupéré (si vous le récupérez !?). Pour s’orienter par la suite, il faudra reprendre la boussole et la bonne vieille carte IGN où il y a tellement de choses à lire : des chemins, des routes, des pylônes, des bâtiments, des ruisseaux ou des rivières, des lignes droites – verticales ou horizontales, des chiffres sur des lignes brunes… Alors, me demanderez-vous : pourquoi devoir s’orienter avec le relief ?

Hé bien justement, imaginez un instant qu’une personne bien intentionnée enlève toutes les informations de cette carte et ne laisse uniquement que ces fameuses lignes brunes avec ses petits chiffres sur la carte !!! Ne croyez pas que je raconte des histoires, j’en connais qui ont passé des weekends entiers à effacer toutes ces informations !

Finie la lecture de la carte comme vous le faisiez avant, finis les points de repère habituels. Frottez vos lentilles, astiquez vos binocles et faîtes bien attention au relief et à ses constituantes : talus, levée de terre, vallée sans eau, crête, croupe,  carrière, butte, terril, thalweg, ruisseau, éperon, ligne de crêtes, sommet, dépression… bref, autant de signaux dessinés sur la carte, qui sont là devant vous en vrai dans la nature et qui n’attendent que d’être décryptés par vos yeux de lynx !!

Voilà notamment quelques éléments mis en exergue par notre hôte ce samedi 09 janvier en la personne de notre Topographe du jour : Joe Dewez afin de nous permettre de lire une carte de manière très singulière : l’orientation par le relief. Celle-ci relève d’un tout autre niveau dont les participants n’en soupçonnaient peu ou prou la richesse avant de commencer la formation.

Après une remise à niveau théorique devant un public de tous âges et publics, une immersion en pleine nature avec comme seuls outils une carte Oro-Hydro (relief et cours d’eau) de Marches-Les Dames, une boussole (quand même ! et encore que ?) et une consigne : ouvrez les yeux – nous a permis de comprendre humblement que nous ne faisions en réalité que peu de cas de la lecture du relief en temps normal.

Avec des exercices de recherche d’éléments de relief comme une levée de terre d’une cinquantaine de centimètres de hauteur sous la neige ou une dépression de 1,50m de profondeur sous un tapis de ronce d’un mètre de haut ou encore une tranchée parallèle à un ravin dont vous ne devinez pas la présence parce que vous êtes dedans ou enfin une terrasse  de 25 m² perdue en plein milieu du bois (un carré de 5m x 5m) où l’on ne sert aucune boisson fraîche en été et encore moins en hiver !, la promenade à travers bois et champs selon des azimuts tantôt aléatoires (au début) tantôt plus précis (à la fin) fut d’un immense intérêt de l’avis de tous!

Merci Joe pour ce nouvel éclairage sur cet outil précieux qu’est une carte IGN et la multitude de renseignements qu’elle contient dont notamment les courbes de niveau. Grace à toi, nous ne lirons plus jamais une carte de la même manière.

Rendons grâce aux topographes !

Marc Berghen  

GPS: Suite

L'article sur les fichiers « .gpx » a suscité quelques émules. Évidemments informaticiens dans l'âme, ils m'ont envoyé leurs exploits (je crois pour me faire peur).

Citons comme exemple  le fait de récupérer des morceaux de trace du fichier gpx pour les insérer dans un autre.

Seulement... il y a une autre façon « tordue » de procéder... Il suffit d'ouvrir une deuxième session Mapsource. Ah oui c'est possible ! Vous avez alors deux écrans qui tournent en même temps. Il suffit alors de faire un click droit avec la souris dans l'un des deux écrans sur le nom du tracé pour  « sélectionner le tracé sur la carte » et choisir « propriétés du tracé » dans le menu contextuel. Dans l'écran des propriétés, vous pouvez alors activer une ligne et parcourir le tracé en utilisant les flèches de votre clavier et avec la combinaison de touches « shift click », sélectionner une partie du tracé... que vous pouvez copier alors avec le menu du click droit - ou pour les pros, avec « Ctrl c ». Puis vous activez l'autre écran... Vous parcourez le tracé et vous pouvez avec le menu du click droit y coller le morceau de la première trace (ou « Ctrl v). Comme quoi, la méthode « tordue » est plus simple et surtout plus visuelle ! 

Et quelques nouveaux « tips».

D'abord quand vous commencez une nouvelle promenade attendez que les coordonnées s'affichent sur l'écran, preuve que le GSM fonctionne correctement, qu'il a trouvé les satellites, etc.

1. Avec la touche « PAGE » sélectionnez la page « Trip Computer » - puis en poussant sur la touche « MENU » vous pouvez réinitialisez (Reset)  les données du GPS - typiquement l'odomètre.  Faites attention que la case « clear track log » ne soit pas marquée.

Ceci vous permet de savoir le nombre de km parcourus.

 

Les photos qui illustrent cet article proviennent d'un Garmin GPSMAP 60Csx.

 

2. La fonction MOB « Man Over Board ».  A utiliser quand on trace.

Un peu d'histoire. Quand un homme tombe à la mer on lui jette la bouée avec un drapeau et une lumière clignotante et quelqu'un continue à le pointer du bras pour que le skipper anticipe les manœuvres du bateau. N'oublions pas qu'en mer il y a en plus le vent et les courants qui n'agissent pas seulement au niveau de l'homme à la mer mais aussi sur le navire.

En poussant suffisamment longtemps sur la touche « FIND » un menu « popup » vient... « Homme à la mer »: Enregistrmt & début nav. ou wpt MOB ? Non/Oui.  Vous avez compris il vaut mieux mettre le GPS en Anglais si vous voulez comprendre ce qui se passe. D'ailleurs, le manuel Français garde la dénomination des fonctions en anglais. Soit. Donc on choisit « Yes » ou « Oui » si vous préférez.

En réalité ici nous n'utilisons pas seulement la fonction MOB pour avoir un waypoint indiquant la nouvelle « destination » mais plutôt comme le point de départ à rejoindre. La boussole de la page « Compass » va pointer continuellement ce point. C'est la raison pour laquelle  il est incompatible avec un  « routing ». « Next » va mentionner « MOB » et « Dist to Next » donnera la distance en vol d'oiseau vers le départ. Tant que cette distance augmente vous n'êtes pas sorti de l'auberge... je voulais dire vous n'êtes pas près de rentrer à l'auberge !

 

 

3. Mais, pensez-vous, comment fait-il pour copier les écrans de son GPS ???   

Là, c'est Jacques Ciparisse qui m'a mis sur le chemin. Sur le site de Garmin se trouve un programme xImage qu'on peut télécharger gratuitement... 

http://www8.garmin.com/support/download_details.jsp?id=545

Il suffit de sauvegarder le fichier xImage_23.exe et de l'exécuter.

Après, quand on ouvre  le menu des programmes, on trouve Garmin-xImage-Launch xImage. Après avoir activé « Launch xImage » il suffit de choisir « Suivant >». Puis le programme trouve votre GPS. On choisit à nouveau  « Suivant >». Pointez « Get images from the GPS » et puis « Suivant >». Vérifiez qu'il s'agit d'un « screen shot » et puis activez à nouveau « Suivant >». Choissez un nom de fichier et « enregistrer ».

Eddy Abts

Le sentier n°42

Connaissez-vous le sentier (n°42) qui relie la Rue du Pont de Briques au Chemin du Vieux Bon Dieu à Géronsart ?

Vous ne le trouverez pas nécessairement sur une carte, et pourtant il s'avère bien intéressant pour éviter la route de Géronsart, fort fréquentée et dangereuse pour un groupe de marcheu(r)ses.

Las ! Désagréable surprise de constater que certains riverains l'avaient transformé en dépotoir au grand dam d'autres qui prônent le slogan  "NIMBY": "pas de nuisances à l'arrière de mon jardin". De plus, une partie du sentier nécessitait un bon débroussaillage.

Quelques bénévoles du Club Alpin tentèrent bien un début de nettoyage mais la tâche demandait des moyens assez lourds et l'appui de tous les riverains.

Ils élaborèrent un dossier qu'ils transmirent à Itinéraires Wallonie (itineraireswallonie.be) qui l'adressa aux autorités compétentes, en l'occurrence au collège des bourgmestre et échevins de la ville de Namur.

Monsieur l'échevin de l'environnement, Alain DETRY prenant, comme d'habitude, ce dossier très à coeur, y envoyait ses équipes.

Aujourd'hui, ce sentier est tout à fait nickel et attrayant : n'hésitez pas à l'emprunter au cours de vos promenades ou de vos déplacements. De plus, dès à présent, vous pouvez trouver sur le site Internet de la ville de Namur une belle promenade incluant ce cheminement et le Bois Brûlé.

N'hésitez pas ! L'automne est si beau dans notre terroir.

 

Eddy Abts

 

 

Avant...

Après

 

Orpierre (Toussaint 2009)

Toussaint 2009 - Orpierre

Sans rendez-vous formel, c'est un bon petit  groupe du Club qui s'est retrouvé à Orpierre en ce début novembre. Les campings fermés et les journées courtes donnent de bonnes raisons d'opter pour le confort de gîtes ruraux. Il faut dire qu'à Orpierre, cette activité c'est largement développée autour de l'escalade et ce n'est pas le choix qui manque. La météo fut plus clémente que l'année passée. Il y a eu des jours de pluie, mais la neige s'est contentée de saupoudrer les sommets avoisinants et, à l'exception de lieux fort exposés au vent, le soleil nous a offert encore quelques chaudes calories avant l'hiver. Pour celles et ceux qui n'y sont encore jamais allés, Opierre est l'endroit idéal pour appréhender l'escalade en tête : de nombreuses voies de moulinettes mais également de belles voies de plusieurs longueurs avec un équipement pour rassurer les plus inquiets. Les jours où le soleil n'est pas de la partie, la région offre de belles possibilités de randos et les paysages d'automne ont tout pour réconforter les cœurs avec la variété des couleurs chaudes dont la végétation s'est habillée.

Voici trois randos parcourues cette année que je vous conseille de mettre en réserve pour votre séjour afin de transformer un jour de pluie ou de repos des doigts en une belle découverte de cette splendide région.

 

Les Gorges de la Méouge: au départ de Antonaves, suivre l'itinéraire balisé du GR de pays des Baronnies et de Méouge. Il vous fera découvrir les gorges par un sentier suspendu pour ensuite vous approcher de l'eau et d'un pont Roman suivi de la roche coupée par Méouge et du rocher du Château avant d'apercevoir le village de St-Pierre-Avez. Le retour se fait par un sentier balisé jaune coupant la base de la Montagne de St-Cyr au dessus du versant Sud des gorges. Comptez 4 bonnes heures pour un petit 16 km et quelques 600m de dénivelée.

 

Les cols de St-Ange et Ste-Colombe vous donneront l'occasion de découvrir la variété des paysages de ce coin des Alpes de Haute-Provence. Au départ d'Orpierre, commençons par l'ascension du Mont St-Michel qui vous donnera une vue imprenable sur le village et ses rochers, ensuite par un sentier d'exploitation forestière, on atteint le Col de St-Ange qui coupe le fil de la crête de la Montagne de Chabre tel un rasoir coupant en deux le paysage vers l'Ouest. Par le col de la Croisette et le col de Ste-Colombe on rejoint ce charmant village du même nom. Quelques maisons adossées à une lame de rocher les protégeant des intempéries du Nord. Par les lieudits des Chiquets et de Paturle, on rejoint à nouveau Orpierre avec une vue sur le Quiquillon dominant le village qui, dans mon cas, était encadrée par un arc-en-ciel complet de toute beauté. Comptez 6 bonnes heures pour environ 24 km et 1200m de dénivelée.

 

Pour compléter votre entraînement, Michel nous a testé un parcours pur style: Après l'ascension du Mont St-Michel et du col de St-Ange, on peut rejoindre les dessus de Laragne par des chemins forestiers pour ensuite parcourir toute la crête de la Montagne de Chabre et redescendre par le GR jusqu'au village. L'horaire sera fonction de votre 'compas' (Michel l'a fait en 10h40 heures) pour enfiler ses 36km et 3700m de dénivelée.

Pierre Ciparisse

 

Etaient à Opierre cette année: Véronique Binet, Georges et Mary Boland, Nadine et Philippe Bonte, Eric Cavelier, Jacques Defoux, Bernadette Dupont,  Katrine Lux, Roger Souris, Bernadette Vandijk,  Marie-Agnès Maufroid, Michel Vanbecelaer, Claire Vanderhaegen et Pierre Ciparisse.