Font Size

Cpanel
Vous êtes ici : Accueil News Sauvons l'escalade dans les Calanques: Suite
Erreur
  • Échec du chargement des données du flux

Sauvons l'escalade dans les Calanques: Suite

 Après le slogan « sauvons les Calanques » aujourd’hui c’est l’escalade qu’il faut sauver et très probablement la randonnée, et les activités marines et sous marines de loisir. D’un simple site protégé, nous sommes passés à un projet de Parc National et nous voilà maintenant devant un projet de réserve intégrale.

 

Selon le site Promo-Grimpe, « le GIP des Calanques (organisme chargé de préparer le futur parc national des Calanques) nous sort du chapeau une réserve intégrale terrestre - mais aussi maritime - qui viserait à interdire l’escalade mais aussi toute activité humaine sur les falaises du Devenson, Eissadon, Belvédère, Castelvieil et Soubeyrannes....Pour l’intant ».

 

Voilà qui est clair alors que c’est inscrit en filigrane depuis quelque temps déjà. Mais il n’est pas trop tard pour réagir.

 

«Soyons unis en signant la pétition en ligne contre ce projet » nous dit on.

Un site Web a d’ailleurs été créé pour la circonstance où il est précisé : « Pétition pour le refus d'une quelconque réserve intégrale dans les Calanques et notamment sur les secteurs du Devenson,  Eissadon, l'Oule, le Belvédère, Castelvieil mais aussi les falaises Soubeyrannes (cap Canaille), ce qui reviendrait à condamner la pratique de l’escalade sous toutes les formes sur ces secteurs. »

 

(c) http://www.kairn.com

 


Menace d’interdiction dans les Calanques

Témoignage de Bernard Privat, représentant du SNAPEC présent aux réunions du GIP, et appel à signature .

« À la réunion du 11 septembre, le GIP nous a présenté son projet de réserve intégrale sur les zones Devenson, Eissadon, l'Oule, Castelviel d'une part et Falaises de Soubeyrannes (Cap Canaille) d'autre part. Réserve Intégrale, cela veut dire plus aucune activité humaine (y compris des gestionnaires comme l'ONF) à part les scientifiques qui étudieront cette zone test pour voir comment le milieu évolue. Donc plus de randonnée ni d'escalade.

Suite de l'article sur escalademag.com